mercredi 31 janvier 2018

ZONES SENSIBLES

La gare de triage se ramifie dans le noir, m'étire, me disperse, m'aiguille. Mon corps est la division du fer, il est au croisement fracassant des trains, il est ce skaï couvert d'écrits obscènes et de ratures, l'entaille des cailloux, un tunnel traversé par les vents, il est l'immense patience des parapets. C'en sera bientôt fini. On m'arrêtera prochainement. Je m'y prépare comme à des noces.
 
Romain Verger, Zones sensibles.
Quidam Editeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire